Prestation compensatoire

La prestation compensatoire est une indemnité qui a pour objet de compenser en partie la disparité que la rupture du mariage par divorce crée dans les conditions de vie respectives des époux.

Elle est attribuée par le jugement de divorce quelle que soit la cause du divorce ou la répartition des torts. Néanmoins, le juge peut refuser de la fixer lorsque le divorce a été prononcé aux torts exclusifs d’un époux, en raison de l’existence de circonstances particulières.

Vous pouvez librement vous accorder sur le montant, les modalités et la forme de la prestation compensatoire, notamment dans le cadre d’un divorce amiable.

Dans les autres cas de divorce, soit vous arriverez à un accord qui sera homologué, soit la
prestation compensatoire sera arbitrée par le juge en même temps qu’il prononcera le divorce.

Cette indemnité est fixée selon les besoins de l’époux à qui elle est versée et les ressources de l’autre en tenant compte non seulement de la situation au moment du divorce mais aussi de l’évolution de celle-ci dans un avenir prévisible.

Le juge prend notamment en considération :
•    La durée du mariage
•    L’âge et l’état de santé des époux
•    Leur qualification et leur situation professionnelle
•    Les conséquences des choix professionnels faits par l’un des époux pendant la vie commune pour l’éducation des enfants, et du temps qu’il faudra encore y consacrer, ou pour favoriser la carrière de son conjoint au détriment de la sienne.
•    Le patrimoine estimé des époux tant en capital qu’en revenus après la liquidation du régime matrimonial
•    Leurs droits existants et prévisibles
•    Leurs situations respectives en matière de pension de retraite

La prestation compensatoire a un caractère forfaitaire. Elle peut prendre la forme du versement d’une somme d’argent, d’une attribution de biens en propriété, de biens en usufruit etc.

Lorsqu’elle est fixée sous la forme d’une somme d’argent, elle est réglée par le versement d’un capital. Le paiement de ce capital peut être effectué en une ou plusieurs fois sur une période maximum de 8 ans sur autorisation du juge aux affaires familiales.

A titre exceptionnel le juge aux affaires familiales peut décider que la prestation compensatoire sera versée sous la forme d’une rente viagère qui sera payée mensuellement. Elle sera alors indexée selon les mêmes règles que les pensions alimentaires.

Le mode de paiement de la prestation compensatoire a des incidences fiscales.

Modification de la prestation compensatoire :

En cas de changement important dans la situation de l’un ou l’autre des époux (chômage, remariage du bénéficiaire…), la prestation versée sous forme de rente peut être diminuée, suspendue, voire même supprimée. En revanche, elle ne peut pas être augmentée.

La demande de révision est portée devant le Juge aux Affaires Familiales qui se prononce en fonction des circonstances et des pièces du dossier.
Indexation de la pension alimentaire ou de la prestation compensatoire versée sous forme de rente.

La décision de justice qui fixe une pension alimentaire ou une prestation compensatoire
sous forme de rente prévoit nécessairement que son montant sera révisé tous les ans au 1er janvier en fonction d’indices régulièrement publiés.

Cette indexation doit être effectuée spontanément par le débiteur de la pension alimentaire ou de la rente.

Le calcul de la pension indexée se fait par une opération qui consiste à multiplier l’ancien montant par l’évolution de l’indice des prix à la consommation entre deux dates.

Cette évolution est obtenue par le rapport entre deux valeurs de l’indice de référence. La formule de calcul est la suivante :

Montant de la pension actuelle x (Nouvel indice ÷ Ancien indice) = Montant revalorisé de la pension.

Quel indice utiliser ?

Si le jugement ou l’ordonnance précise l’indice de prix, c’est celui-ci que vous devez utiliser.

Si la décision de justice ne l’indique pas, sachez qu’il existe deux indices en vigueur: l’un concerne tous les ménages “ensemble des ménages”, l’autre concerne les ménages urbains “ménages urbains dont le chef est ouvrier ou employé”.
Attention :lorsque vous avez commencé à utiliser un de ces deux indices, il convient de ne pas en changer.

AUTRES ARTICLES EN LIEN

Partage des Biens

Partage des biens lors du divorce : Partage du patrimoine et régime matrimonial : Le partage du patrimoine des époux, comme la prise en charge des dettes, est très souvent source de difficultés et de conflits. Les droits de chacun dans ce partage dépendent du régime matrimonial sous lequel les époux se sont mariés ou […]

le Divorce par consentement mutuel

La procédure de divorce par consentement mutuel est aujourd’hui la procédure de divorce la plus rapide. Il est nécessaire que les époux s’entendent tant sur le principe du divorce que sur toutes ses conséquences concernant aussi bien les enfants (autorité parentale, résidence des enfants, résidence alternée, droit de visite et d’hébergement, pension alimentaire, attribution des […]

la Procédure de divorce par acceptation du principe de la rupture de mariage

La procédure de divorce par acceptation du principe de la rupture du mariage, appelée couramment divorce accepté est un divorce amiable qui convient aux personnes en accord sur le fait de divorcer mais pas forcément sur toutes les conséquences du divorce. Si en cours de procédure vous n’êtes pas parvenu à un accord sur vos […]

la Procédure de Divorce pour Faute

Le divorce pour faute est fondé sur l’existence de reproches (ou griefs) formulés à l’égard du conjoint. Celui qui invoque des griefs doit en rapporter la preuve devant le Juge aux affaires familiales. Il peut s’agir d’un adultère, de violences morales ou physiques, d’un manque de respect de l’autre époux, du défaut de participation aux […]

la Procédure de Divorce pour altération définitive du lien conjugal

Lorsque les époux sont séparés depuis au moins deux ans, l’un ou l’autre peut demander que le divorce soit prononcé sur le fondement de l’altération définitive du lien conjugal. Il s’agit d’une simple constatation de la situation. L’autre conjoint ne peut s’opposer au divorce. Néanmoins il a le droit de demander à son tour au […]

la Requête en Divorce

Ces trois procédures commencent par le dépôt d’une requête en divorce “neutre”, qui ne mentionne pas les causes du divorce. Cette requête doit contenir les mesures sur lesquelles vous voulez que le Juge aux Affaires Familiales statue et qui s’appliqueront pendant la durée de la procédure : Qui habitera dans le domicile conjugal ? Selon […]

Tentative de Conciliation

L’audience sur Tentative de conciliation : C’est au stade de l’Audience de conciliation que se prennent des décisions qui vont engager l’avenir. C’est la raison pour laquelle la procédure prévoit la présence obligatoire des époux. Par exemple, les modalités de résidence des enfants mineurs seront très difficiles à faire modifier plus tard. Lors de cette […]

Les enfants lors du divorce

Impact du divorce sur les enfants : L’expérience montre que les enfants sont trop souvent pris en otages dans le divorce de leurs parents. En effet, ces derniers règlent inconsciemment leur conflit à travers leurs enfants. Je vous invite donc à être très vigilants sur cette question qui engage leur avenir et leur équilibre. Je […]

Pension alimentaire

La pension alimentaire des enfants dans le divorce : La contribution a l’entretien et à l’éducation des enfants mineurs et majeurs à charge est versée sous forme de pension alimentaire. Elle est généralement versée par le parent chez qui l’enfant ne vit pas. Elle est fixée par le juge aux affaires familiales en fonction des […]

Paiement des pensions

Comment faire payer votre conjoint s’il ne paie pas volontairement ? Les pensions alimentaires, bien que fixées par la Justice, ne sont pas toujours réglées par ceux qui doivent les payer. Comment obtenir leur paiement si aucune démarche amiable n’a pu aboutir? Plusieurs procédures sont à votre disposition. Les saisies: •    Saisie attribution sur le […]

Contactez-moi